Léonard l’inventeur, Édition Fleurus

Écrit par Bénédicte Boucays et illustré par Tristan Gion.

Un album documentaire à la portée des enfants.

Les enfants sont curieux, alors profitons-en ! Il existe de nombreux ouvrages sur Léonard de Vinci, mais très peu allie récit et informations. Cet album raconte la vie de Léonard, enfin, plus précisément, Léonard nous raconte sa vie. En employant le JE, l’auteur happe directement les jeunes lecteurs.

« Je m’appelle Léonard da Vinci, c’est mon nom italien. En France tu me connais sous celui de Léonard de Vinci. »

Léonard l’inventeur, Bénédicte Boucays et Tristan Gion.

Les chapitres sont assez courts, ponctués des superbes illustrations de Tristan Gion. A chaque chapitre correspond une année. On commence en 1452, l’année de naissance de Léonard.

La typographie est agréable et facile à lire. Le ton est dynamique et presque intime. On a de suite l’impression que l’on devient le confident de Léonard, un peu comme un privilège.

On apprend énormément de choses, sur sa naissance, sa famille et son parcours.

Léonard l’inventeur, illustration de Tristan Gion, Éditions Fleurus.

Des encarts documentaires.

Le récit de Léonard est ponctué de trois encarts documentaires : le premier : Peintre et dessinateur, permet de découvrir le premier dessin connu de Léonard et quelques peintures célèbres comme La cène ou La Joconde, le deuxième : Savant et ingénieur, nous montre un aperçu de ses recherches sur l’ anatomie et les machines pour voler, le troisième et dernier encart : Écrivain et archiviste, s’attarde sur sa manière particulière d’ecrire : il était gaucher et écrivait de droite à gauche en inversant le sens des lettres.

Codex Arundel (1480-1518). Encart n3 dans Léonard l’inventeur, aux Éditions Fleurus.

Les enfants découvrent un homme passionnant et passionné, un touche à tout, un artiste et un inventeur. Léonard a le dont de booster la créativité des enfants, il donne envie d’ecrire, d’annoter, de dessiner, de faire des expériences…

« Je note tout ce qui me passe par la tête dans des carnets : listes de courses, poèmes, expériences, idées, pense bêtes… Je noircis plus de 7000 pages que l’on retrouvera après ma mort et que l’on nommera Codex. »

Léonard l’inventeur, Bénédicte Boucays et Tristan Gion.

Point + : A la fin de l’album, on trouve une invention de Léonard à construire soi même : Le parachute pyramidal. L’enfant peut imiter Léonard et lire les consignes dans un miroir ou bien tourner la page pour retrouver les explications.

Léonard l’inventeur, Les premières machines volantes de Léonard.

Cinq cent ans après sa mort, Léonard passionne toujours autant enfants et adultes. Cet album est un très beau livre a garder dans sa bibliothèque.

Pour Qui ? Conseillé aux enfants à partir de 8 ans.

1 Comment

  1. Pingback: Cahier d’activités des petits scientifiques, Éditions Usborne - Stellma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.